Veuillez patienter...

Livraison gratuite dès 75€

DANS L'UNIVERS DE GUILLAUME DELVIGNE, DESIGNER

guillaume_delvigne_portrait2

DANS L'UNIVERS DE GUILLAUME DELVIGNE, DESIGNER

Si HOM est créateur de sous-vêtements masculins, Guillaume, lui est créateur d’objets. Le point commun ? HOM anoblit boxers, chaussettes, slips… bref vos vêtements de tout les jours. Guillaume, lui, sublime nos objets du quotidien. Deux univers pour un seul moteur : la création.

Qu’est-ce qui t’inspires au quotidien ?

Certaines personnes sont inspirées par un univers particulier. En ce qui me concerne, ce sont des choses que je trouve beaucoup dans la rue. Je ne vais pas forcément m’inspirer d’un mouvement artistique mais plutôt d’un détail qu’il soit beau ou non. J’aime faire des photos d’éléments qui ont vieilli avec le temps, souvent ce sont des objets auxquels on ne fait pas attention a priori.

Comment es-tu venu à t’intéresser au design ?

C’est venu assez jeune, vers 12 ans. Je dessinais tout le temps et en grandissant, je me suis mis à dessiner des objets. C’est là que j’ai compris que cela pouvait devenir mon métier. Je me suis lancé et je n’ai plus jamais changé de voie.

Pour toi, c’est quoi être créatif ?

Pour moi, être créatif c’est avant tout être observateur. Observer tout ce qui nous entoure, et aussi être très sensible, sentir l’évolution des choses, avoir l’esprit ouvert et savoir faire des associations, des croisements…

Tu as travaillé pour des maisons et des entreprises différentes ! Entre Hermès et Tefal quel est le lien ?

Même si cela semble très différent sur le papier j’ai envie de travailler dans tout type de domaine. J’ai autant de choses à apporter à la fois dans le monde industriel pour la conception d’objets de la vie de tous les jours et pour celle d’objets plus exceptionnels avec des grandes maisons de luxe comme Hermès. J’arrive à traduire ces objets de manière différente mais finalement, c’est le même processus. Pour chaque réalisation, il s’agit d’être le plus juste possible. Après, nous n’avons pas les mêmes outils, ni les mêmes contraintes, mais ça ne change pas grand chose pour moi. J’adore faire ce grand écart-là et proposer aussi des objets qui sont accessibles. Ce n’est pas toujours facile, mais c’est une vraie chance d’avoir cette liberté.

Ton objet préféré du quotidien ?

Je dirai le crayon porte-mine avec lequel j’ai pris l’habitude de dessiner tous les jours.

L’objet que tu as créé dont tu es le plus fier ?

Le tabouret « Bronco », aujourd’hui édité par Karakter Copenhagen. Je trouve qu’il synthétise assez bien mes valeurs, un objet plutôt facile à s’approprier, simple, équilibré, avec un joli détail et une silhouette familière mais reconnaissable. 

Le point commun entre HOM et tes créations, c’est l’aspect utilitaire : pourquoi ces objets sont-ils intéressants ?

Je crois que c’est encore plus beau d’essayer de soigner les objets qu’on utilise tous les jours, autant en tout cas que ceux que nous pouvons admirer dans une galerie. À mon sens, le rôle du designer doit être celui-là. Il faut trouver la meilleure réponse et il est même essentiel de la part du designer de s’attacher aux objets du quotidien. 

Le design d’un produit en mouvement comme un sous-vêtement est il différent du travail sur la conception d un objet ?

Je n’ai jamais été amené à travailler sur le design d’un vêtement mais je le vois déjà quand je travaille sur un objet avec des parties molles. C’est une autre manière de concevoir l’objet. Le dessin est une première phase qui peut presque se suffire lorsqu’il s’agit de dessiner un objet immobile et rigide sur lequel on va pouvoir se projeter beaucoup plus facilement. C’est aussi une histoire d’habitude et de savoir-faire, je pense que les croquis des couturiers sont beaucoup plus explicites car ils savent très bien de quelle manière la matière réagit. À vrai dire, ce n’est pas mon domaine de prédilection car je travaille peu sur des objets en mouvement, il faut de l’expérience. Pour le moment en tout cas, m’étant rarement attaqué à ce sujet, ça me paraît plus difficile.

Et toi ?

En vacances, es-tu plutôt short de bain ou boxer ?

Short de bain.

Es-tu plutôt chaussettes imprimées ou unies ?

Les deux, j’aime bien les imprimés avec une tenue unie pour contrebalancer.

Slip ou boxer ou caleçon ?

Slip ! J’aime bien le côté un peu oldschool.

Pyjama ou vieux t-shirt ?

T-shirt pas trop vieux non plus, je n’ai pas de vrai pyjama.