Veuillez patienter...

Livraison gratuite dès 75€

Rencontre avec l'artiste Lucas Beaufort

lucas_beaufort_02

Tu as un attachement particulier pour le print, tu as même réalisé un reportage sur les magazines papier de skate, d’où cela vient-il ? Est-ce le signe d’une certaine nostalgie ?

Je suis très attaché au print, j’aime ce qui est palpable et puis je suis de cette génération d’avant Internet. J’achetais constamment des magazines pour me tenir informé. Je fais du skate depuis que j’ai l’âge de tenir debout. Du coup, j’achetais vraiment toute la presse spécialisée. J’étais également abonné à la presse étrangère, c’est d’ailleurs comme ça que j’ai appris l’anglais. À force de collectionner des magazines, et voyant la presse se raréfier, j’ai eu envie de me lancer un défi un peu fou : celui de réaliser un documentaire sur le futur du magazine papier. J’ai voyagé aux quatres coins du monde pour interviewer des magazines de skate. Bien sûr que je suis nostalgique!
Les années 90 sont très spéciales à mes yeux, c’était une autre époque.


Raconte-nous ce qu’est le LB Project ?

J’ai lancé le LB Project pour fédérer, rassembler autour du skate et de l’art. En tant qu’artiste, j’ai toujours cru au
partage, au mélange, à l’union des forces. Du coup, j’ai lancé ce projet pour créer des connexions et bâtir des ponts.

 

Pourquoi le lien entre le skate et la création est-il si fort ?

Le skate et l’art sont indissociables. Lorsque j’ai commencé à skater, j’étais plus attiré par le design sous la board que par la marque. J’ai été accroché tout de suite par les oeuvres de Mark McKee et Sean Cliver. Ils m’ont donné envie de
m’intéresser à autre chose que le skate en lui-même, ils avaient un message.

 

On connaît ta passion pour le skate, mais comment en es-tu venu à t’intéresser au dessin ?

L’art est arrivé très tard dans ma vie, j’avais 26 ans et je n’avais aucune idée de ce que je faisais, j’avais juste un besoin
énorme de faire sortir de ma tête tout ce que j’avais emmagasiné depuis toutes ces années.


D’où viennent tes inspirations ?

Je suis un grand fan de Fernand Léger, des fauves avec Marc Chagall, Henri Matisse, André Derain pour n’en mentionner que quelques-uns. Sinon en plus contemporain, j’adore Zio Ziegler et Geoff McFetridge.


Tu es natif du Sud Est de la France tout comme HOM, quel est le meilleur spot pour skater en Provence ?

Cannes sans hésitation.

Qu’est-ce qui te motive au quotidien ?

J’aime l’autre, j’aime les rencontres au quotidien, être surpris et surprendre.

 

Tu prépares une future collaboration avec HOM, peux-tu nous dire quel sera le thème ?

C’est encore secret, mais il y aura beaucoup d’amour et de poésie.

 

Où pourra-t-on te voir en 2019 ?

Début janvier je pars faire une tournée des W hôtels en Chine. Je suis sur un gros projet de livre avec la chaîne hôtelière qui devrait sortir pour septembre 2019. De mars à mai, je serai entre New York, Montréal, Boston et Portland pour des projets artistiques. En juin, c’est la sortie de ma collaboration avec HOM. Un pop-up store sera sûrement organisé à Paris. En juillet, j’organise mon premier Art Camp dans le bassin de Saint-Tropez et à la rentrée je repars en Asie pour célébrer la sortie de mon livre avec le W.

 

Parlons sous-vêtements, es-tu plutôt chaussettes unies ou à motifs ?
Chaussettes à motifs.

 

Es-tu plutôt slip ou boxer ? Oldschool ou newschool ?
Boxer.


Pyjama ou vieux t-shirt ?
Vieux t-shirt.

lucas_beaufort_03